Archives pour la catégorie Indonésie

Sumatra, loin de tout

Nous arrivons en avion à Banda Aceh, ville tristement célèbre pour avoir connu la guerre civile puis le tsunami en 2004, mais dont les habitants sont d’une gentillesse absolue. Nous embarquons directement sur un bateau direction Pulau Weh, l’île la plus au nord de l’Indonésie. A notre arrivée, nous sautons dans un tuk tuk pour Iboh, le petit paradis où nous allons passer ces prochains jours.

image

image

Notre cabane sur pilotis est des plus sommaire mais quel bonheur de dormir avec le bruit des vagues et de se réveiller avec un tel paysage!

image

image

Pulau Weh est surtout réputée pour sa faune marine que nous découvrons en snorkelling durant de nombreuses heures, notamment au pied de notre bungalow, un endroit appelé « sea garden ». On ne s’en lasse pas!

image

image

image

Je plonge deux fois et la deuxième plongée sera assez compliquée en raison de forts courants… Un bon test de résistance à la panique! Eliot s’essaye également à une nouvelle activité : la cueillette de noix de coco, qui s’avère loin d’être simple.

image

Nous quittons notre première île idyllique de Sumatra pour les suivantes : les Banyaks. Nous devons y retrouver Narindra et Tristan, mais avant cela trois jours de long voyage nous attendent. En effet, les trajets à Sumatra sont longs et compliqués… C’est peut-être ce qui explique le peu de touristes ici même en août… Enfin arrivés à Balai, le port des Banyaks, nous nous mettons en recherche d’un bateau, ce qui nous occupera la fin de journée. Nous trouvons finalement Hasmin, le capitaine d’un bateau de pêche « correct » (un vrai bateau et non une barque pourrie dont le fond est plein d’eau), avec qui nous nous accordons pour partir en mer les trois jours suivants à la découverte des nombreuses îles paradisiaques et désertes de l’archipel. Comme souvent lorsque nous arrivons dans un nouvel endroit, Eliot fait connaissance avec les enfants du quartier.

Eliot et les gamins

Nous prenons également notre dose de popularité habituelle en posant avec les familles toujours friandes de photos en compagnie de « bule » (prononcer « boulet », c’est ainsi que sont nommés les étrangers…).

image

Comme dans la plupart des villages en Indonésie excepté à Bali, la vie est rythmée par les appels à la prière des mosquées.

image

Comme convenu, nous partons le lendemain matin sur le bateau d’Hasmin rejoindre Narindra et Tristan à Tailana, première petite île de notre périple.

image

Pendant trois jours, nous abordons successivement dans les îles de Sikandang, Asok, Biawak et Lambodong.

image

image

Nous nous nourrissons de riz et du poisson de la pêche. Heureusement, après un premier jour bredouilles, le poisson est ensuite au rendez-vous dans nos assiettes. Tristan est de loin le plus investi d’entre nous dans cette activité, il pêche même un barracuda!

image

C’est Ibrahim le cuisto-matelot qui se charge de la préparation des repas à bord avec un réchaud au gaz dans la cale (pas de normes de sécurité ici!).

image

Outre les poissons, d’autres visiteurs s’approchent de notre bateau comme ce serpent marin très venimeux mais qui a une trop petite bouche pour mordre un humain (à moins qu’il ne réussisse à mordre la peau entre les doigts, mais ça c’est pas de bol!),

image

ou encore un groupe de dauphins curieux qui viennent nous observer quelques minutes, superbe!

image

Un autre moment fort du périple : une nuit de tempête qui nous oblige à nous serrer tous les quatre dans le seul petit espace protégé du bateau, les bâches qui nous servaient d’abri sur le pont ayant été arrachées par le vent…
Mais il est déjà temps de revenir sur la terre ferme et de quitter les splendides îles Banyaks. Le lendemain, Narindra et Tristan partent de leur côté pour la jungle et nous décidons de passer nos derniers jours de voyage sur le lac Toba, un lieu calme et reposant.

image

 

image

Il s’agit d’une enclave chrétienne, ce qui a sans doute encouragé le développement d’un tourisme plutôt débridé à une époque. L’endroit semble aujourd’hui passé de mode, mais on peut toujours y dénicher des offres touristiques plutôt étonnantes…

image

Le peuple batak qui vit ici a réussi à préserver sa culture. La plupart des maisons sont encore construites dans le style traditionnel.

image

Mais on retrouve toujours certaines pratiques propres à l’Asie du Sud-Est comme les scooters surchargés sur la route les jours de marché!

image

Après ces quelques jours paisibles au rythme de la vie lacustre, c’est le dernier grand départ. Nous quittons le lac Toba avec le ferry qui vient nous chercher au pied de notre hôtel.

image

Puis nous nous envolons de Sumatra vers Kuala Lumpur où nous allons prendre notre avion pour le retour en France… Un an déjà s’est écoulé! Une année de voyages, de rencontres, de découvertes, de vie à deux, de péripéties et d’émotions… Une année où nous avons vécu à fond et profité de chaque instant du mieux possible. Nous savons déjà que ce voyage nous a beaucoup apporté et nous a certainement rendus meilleurs. C’est avec joie que nous allons retrouver nos familles et nos amis. Ensuite, nous aurons de nouveaux projets à construire!

Bali entre ciel et mer

De retour à Bali, nous retrouvons Narindra et Tristan qui viennent juste d’arriver pour un mois de vacances. Nous les emmenons découvrir nos lieux préférés à Ubud comme Seeds of life, un restaurant vegan de nourriture crue dont les plats ne manquent pas de créativité!

image

Outre les bons restaurants, nous profitons des autres plaisirs d’Ubud comme les massages, les balades au marché et dans les rizières alentours, le cours d’ecstatic dance de Yoga Barn et les spectacles de Kecak dance. Nous décidons aussi d’aller admirer le lever du soleil non loin de là, au sommet du Mont Batur. Une voiture vient nous chercher à 2h00 du matin à notre « homestay » pour nous emmener au pied du volcan. Puis, après deux heures de marche, nous arrivons au sommet vers 5h30. Après un petit-déjeuner composé de toasts à la banane et d’oeufs durs cuits sur place grâce à la vapeur du volcan, nous regardons le soleil se lever vers 6h00.

image

Du haut du Mont Batur, nous pouvons admirer le Mont Rinjani qu’Eliot a grimpé quelques semaines auparavant à Lombok.

image

En redescendant, nous croisons une bande de singes à la recherche de ce qu’ils peuvent piquer aux touristes. Comme souvent nous sommes amusés par leur ingéniosité : ouvrir une bouteille d’eau ou un paquet de chips ne leur pose aucune difficulté!

image

Après ce petit séjour à Ubud, nous partons pour une virée de trois jours en scooter à la découverte de la côte est de Bali. Les rizières tout au long de la route sont magnifiques.

image

L’avantage du scooter c’est que l’on peut s’arrêter facilement n’importe où pour profiter des paysages et prendre des photos, ce qui rend le trajet agréable.

image

Après cette belle journée de route, nous arrivons à notre première étape : Tulamben. Nous avons choisi notre hôtel car il est en face de l’épave du USS Liberty où nous voulons faire du snorkelling. Outre ce bon emplacement, l’hôtel dispose de deux piscines… L’un des nombreux points forts de Bali est le rapport qualité/prix imbattable des hébergements!

image

Deux sessions de snorkelling à Tulamben et nous voilà en route pour notre deuxième étape : Amed. De superbes sites de snorkelling parsèment la côte est et nous donnent de bonnes raisons de faire des pauses.

image

La route est également très belle avec d’un côté la mer et de l’autre le Mont Agung, plus haut volcan de Bali.

image

Nos trois jours de virée s’achevant déjà, nous retournons à Ubud dans notre « homestay » préférée : le Savira, ou « la maison » comme dit Narindra. C’est un joli jardin tropical avec plusieurs maisons contenant les chambres, une petite piscine et plusieurs petits temples richement sculptés comme le veut la tradition balinaise.

image

C’est ici que nous nous séparons. Narindra et Tristan partent pour les îles Gili tandis que nous nous envolons pour Sumatra. Mais les retrouvailles sont prévues pour bientôt aux Banyaks, des îles paradisiaques et désertes à l’ouest de Sumatra. A très bientôt les copains!

image

Florès et les dragons de Komodo

Nous quittons Lombok direction l’île de Florès. Nous prenons un bus pour traverser Lombok, puis le bus monte dans un ferry pour l’île de Sumbawa. Nous enchaînons avec une nuit toujours dans le même bus pour atteindre l’autre côté de Sumbawa. Arrivés à 4h du matin, nous attendons deux heures un minibus qui nous emmène au port afin de prendre le ferry de 9h00 pour Florès. Nous montons dans le ferry où nous nous apprêtons à passer 8 heures de traversée mais là je ne me sens pas bien… Le repas offert en route durant la nuit n’était en fait pas un cadeau… Je ne peux pas passer 8 heures dans un bateau dans cet état, nous descendons donc du ferry. Nous le prendrons demain nous disons nous… Sauf que le lendemain pas de ferry! Et il n’y en aura pas non plus les deux jours suivants à cause du mauvais temps… Nous sommes donc restés bloqués quatre jours dans le petit port de Sape avec de nombreux autres voyageurs, la fin du ramadan approchant. Et Sape ce n’est pas une station balnéaire!

image

Parmi les voyageurs espérant prendre un ferry pour Florès nous faisons une rencontre surprise : Léa, la cousine d’Eliot que nous n’avions pas pu voir lorsque nous étions au Cambodge et son copain! Nous prenons finalement le ferry tous ensemble et nous arrivons à Florès où nous retrouvons nos amis Solène et Olivier déjà sur place. Nous fêtons tous ensemble notre arrivée tant attendue!

image

C’est également la fête de la fin du ramadan ce qui ne nous facilite pas la tâche pour l’organisation des activités des jours suivants. Léa et son copain nous quittent afin de poursuivre leur route car ils veulent atteindre le Timor Oriental. Quant-à nous, nous partons à la découverte du parc marin de Komodo au cours d’une journée de plongée pour Olivier et moi,

image

et de snorkelling pour Solène et Eliot.

image

Les fonds marins de Komodo sont superbes, parmi les plus beaux sites du monde.

image

Après cette journée, nos mésaventures pour arriver jusqu’ici semblent déjà bien loin!

image

Les jours suivants nous partons à la découverte de l’intérieur de l’île et de ses habitants.

image

image

image

De retour sur la côte, nous embarquons pour une virée de deux jours en bateau dans le parc de Komodo.

image

Ces deux journées seront particulièrement intenses. Tout d’abord nous rencontrons les fameux dragons…

image

Ces énormes lézards tout droit sortis de la préhistoire peuvent mesurer jusqu’à 3 mètres et peser 100 kg! Nous verrons également d’autres animaux et de jolis oiseaux lors de nos deux balades guidées sur les îles de Rinca et de Komodo. Le snorkelling est également une belle partie du programme et nous sommes de nouveau époustouflés par la beauté et la richesse des fonds marins du parc. Nous aurons notamment la chance de voir des raies mantas! C’est un moment magique de nager au-dessus de ces géants des mers pouvant atteindre 7 mètres d’envergure et qui semblent voler sous l’eau!

image

Après ces moments inoubliables passés avec Solène et Olivier, nous quittons Florès et Komodo pour retourner quelques jours à Bali. Solène et Olivier poursuivent leur route de leur côté, il leur reste encore huit mois de voyage les veinards! Merci les amis pour ces quelques jours partagés ensemble et que nous ne sommes pas prêts d’oublier!

Surf, plongée et trekking à lombok

Après les îles Gili, nous prenons un bateau pour rejoindre Lombok. Nous partons directement pour Kuta Lombok dans le sud de l’île, objectif : les spots de surf. Eliot s’en donnera à coeur joie tous les matins pendant six jours avant de revendre sa planche (à un prix correct vu son état).

image

Quant-à moi, je profite de notre bungalow au bord de la piscine pour remettre à jour mon CV…

image

L’après-midi, nous explorons les alentours en scooter. La côte autour de Kuta Lombok recèle de nombreuses plages magnifiques et désertes.

image

Entre les baignades, nous trouvons quelques occupations artistiques…

image

Nous quittons ensuite Kuta Lombok pour partir quelques jours chacun de notre côté : Eliot pour un trek de trois jours à l’assaut du mont Rinjani, deuxième volcan le plus haut d’Indonésie avec ses 3700 mètres, et moi pour Gili Meno afin de passer ma certification de plongée Open Water (équivalent niveau 1).
Je repars donc en bateau pour la troisième île Gili, la seule où nous n’étions pas allés la première fois. Le bateau publique est toujours haut en couleur avec sa cargaison de fruit, poules et légumes!

image

Pour mes trente ans, mes copains m’avaient offert une cagnotte à utiliser pour une super activité pendant notre voyage. J’ai choisi la plongée et c’était génial! Merci les copains pour cette superbe idée!! Pendant trois jours j’ai donc plongé cinq fois, fait les exercices sous l’eau, appris toute la théorie et obtenu la certification. Je dois avouer que le cadre de révision n’était pas désagréable…

image

Je n’avais jamais plongé avant et j’ai été conquise! Il faut dire que les conditions aux Gili sont plutôt sympa : de superbes fonds marins, une multitude de poissons colorés, des tortues et des requins de récif, tout cela dans une eau à 28°!

image

Eliot : Le parcours le plus classique pour affronter le Rinjiani se fait en trois jours et deux nuits accompagné de porteurs pour les tentes et les provisions.

Je tombe avec une bonne équipe sportive composée de jeunes autrichiens tout juste majeurs et dépassant le mètre 90, un suédois pas beaucoup plus vieux ni plus petit et un couple d’angevins.
Le premier jour nous rallions le bord du cratère sur une pente ascendante sans fin. Ici les chemins de randonnée ne serpentent pas, ils vont au plus court!
Après l’installation du campement et un bon repas, nous essayons de dormir un peu.

image

Mais le vent écrase la tente sur nous et procure une sensation de froid peu propice au sommeil. Qu’importe puisqu’à 2 heures du matin, après un café et deux biscuits, c’est le départ pour le sommet.
Cette ascension raide sur la crête balayée par un vent humide où chaque pas s’enfonce dans la poussière de pouzzolane est assez difficile.
Nous arrivons au sommet une heure trop tôt, il nous faut donc attendre le lever du soleil collés comme des sardines pour se réchauffer car le vent froid est mordant.
La vue magnifique et le pâle soleil qui apparaît à l’horizon nous ferons oublier le froid et les efforts.

image

Nous pouvons maintenant voir tout le trajet effectué de nuit sur la crête depuis les tentes en contrebas.

image

Puis retour au campement en courant dans la pouzzolane, petit-déjeuner et descente dans le cratère principal jusqu’au lac. A proximité, des sources chaudes nous détendent après le rude effort de la nuit.
Puis nous remontons sur le bord du cratère par un autre chemin qui nous permet d’avoir une vue superbe sur le petit volcan encore actif au milieu du lac, grandiose!

image

Le lendemain est dédié au retour. Nous traversons une superbe forêt peuplée de singes où des racines géantes forment les marches.

Retour à ubud puis les îles Gili

Au retour de ma retraite de méditation, Eliot et moi nous retrouvons de nouveau à Ubud. Nous prenons cette fois plus de temps pour profiter de la ville et de ses arts. Les temples sont partout. Chaque famille abrite chez elle de magnifiques jardins parsemés de petits temples richement sculptés dédiés aux dieux et aux ancêtres.

image

 

image

Nous assistons à deux représentations de Kecak que nous avons adorées! Il s’agit d’un spectacle de danse-théâtre basé sur le Ramayana, un écrit fondateur de la mythologie Indoue. L’histoire raconte la quête du prince Rama parti sauver sa femme Sita enlevée par un roi-démon. La particularité du Kecak est l’accompagnement sonore composé uniquement d’une chorale, sans instrument de musique. La rythmique « chak-a-chak-a-chak » caractéristique du choeur contribue à donner au spectacle une dimension hypnotique et envoûtante…

image

image

Nous nous promenons dans les rizières alentours.

image

image

J’en profite également pour tester différents types de yoga dans un centre au cadre magnifique, Eliot m’accompagnant quelques fois.

image

Nous flânons sur le marché et nous nous régalons aux tables des nombreux restaurants, souvent bio, rivalisants d’originalité et de saveurs nouvelles.
Après ces quelques jours bien agréables, nous quittons Ubud pour les petites îles Gili, entre Bali et Lombok. Nous commençons par l’île de Gili Trawangan, réputée pour être festive mais plutôt calme en cette période de ramadan. Nous trouvons un petit bungalow et comme souvent de la compagnie pour le petit-déjeuner.

image

En fin d’après-midi, nous profitons du superbe coucher de soleil avec en fond le volcan de Bali, tout en sirotant une noix de coco.

image

image

Sur les Gili, pas de véhicules motorisés, uniquement des vélos et des calèches.

image

Nous verrons plus tard que même sur la grande île de Lombok la calèche reste un des principaux moyen de transport.
Nous prenons ensuite un petit bateau pour changer d’île et découvrir Gili Air. Comme souvent sur les îles, le vélo est le meilleur moyen d’exploration.

image

Il y a également de merveilleux fonds marins aux îles Gili et nous nous en donnons à coeur joie en snorkelling!

image

Triste nouvelle pour ceux qui étaient devenus fans, sachez qu’Eliot a rasé sa barbe… Et aussi cassé ses lunettes.

image