Retour à ubud puis les îles Gili

Au retour de ma retraite de méditation, Eliot et moi nous retrouvons de nouveau à Ubud. Nous prenons cette fois plus de temps pour profiter de la ville et de ses arts. Les temples sont partout. Chaque famille abrite chez elle de magnifiques jardins parsemés de petits temples richement sculptés dédiés aux dieux et aux ancêtres.

image

 

image

Nous assistons à deux représentations de Kecak que nous avons adorées! Il s’agit d’un spectacle de danse-théâtre basé sur le Ramayana, un écrit fondateur de la mythologie Indoue. L’histoire raconte la quête du prince Rama parti sauver sa femme Sita enlevée par un roi-démon. La particularité du Kecak est l’accompagnement sonore composé uniquement d’une chorale, sans instrument de musique. La rythmique « chak-a-chak-a-chak » caractéristique du choeur contribue à donner au spectacle une dimension hypnotique et envoûtante…

image

image

Nous nous promenons dans les rizières alentours.

image

image

J’en profite également pour tester différents types de yoga dans un centre au cadre magnifique, Eliot m’accompagnant quelques fois.

image

Nous flânons sur le marché et nous nous régalons aux tables des nombreux restaurants, souvent bio, rivalisants d’originalité et de saveurs nouvelles.
Après ces quelques jours bien agréables, nous quittons Ubud pour les petites îles Gili, entre Bali et Lombok. Nous commençons par l’île de Gili Trawangan, réputée pour être festive mais plutôt calme en cette période de ramadan. Nous trouvons un petit bungalow et comme souvent de la compagnie pour le petit-déjeuner.

image

En fin d’après-midi, nous profitons du superbe coucher de soleil avec en fond le volcan de Bali, tout en sirotant une noix de coco.

image

image

Sur les Gili, pas de véhicules motorisés, uniquement des vélos et des calèches.

image

Nous verrons plus tard que même sur la grande île de Lombok la calèche reste un des principaux moyen de transport.
Nous prenons ensuite un petit bateau pour changer d’île et découvrir Gili Air. Comme souvent sur les îles, le vélo est le meilleur moyen d’exploration.

image

Il y a également de merveilleux fonds marins aux îles Gili et nous nous en donnons à coeur joie en snorkelling!

image

Triste nouvelle pour ceux qui étaient devenus fans, sachez qu’Eliot a rasé sa barbe… Et aussi cassé ses lunettes.

image

Bali, entre surf et méditation

Nous posons notre premier pied en Indonésie sur la belle île de Bali. Et plus précisément à Ubud, ville réputée pour l’art, la danse et les temples. Sa situation au milieu des rizières en terrasse et l’accueil de ses habitants ne peuvent laisser indifférent. Nous y retrouvons Xavier, un copain de La Rochelle, et sa copine Astrid pour de succulents repas et de belles discussions.

image

Nous mettons à profit ces quelques jours au calme balinais pour préparer nos projets respectifs des 10 prochains jours : Audrey part en stage de méditation Vipassana et moi en road trip surf.

Audrey : Le stage consiste en 10 jours d’apprentissage de la méditation Vipassana, en silence (interdiction de parler aux autres stagiaires et aucun contact avec l’extérieur), réveil à 4h du matin pour commencer la méditation à 4h30, petit déjeuner à 6h30, déjeuner à 11h, un fruit ou deux à 17h et pas de dîner. Bref, une vie monastique!
Le plus dur pour moi était le réveil à 4h : je ne me suis pas levée 2 fois. Par contre j’ai vraiment aimé le silence : qu’est-ce-que ça fait du bien d’être retirée du monde et de toute son agitation pendant 10 jours! Ça apaise, ça recharge les batteries et ça permet enfin de prendre le temps de réfléchir à ce qui est important dans la vie 🙂 ce fût une expérience intense, pas toujours facile mais très enrichissante et bénéfique!

image

Eliot : Pour ma part, ma première destination surf est la péninsule de Bukit au sud de Bali. Ici, les falaises tombent dans l’eau turquoise …

image

et à leurs pieds des vagues déferlent sans cessent, comme sur le spot de Bingin (non, ce n’est pas la normandie).

image

Pour accéder à certains spots comme celui d’Ulu Watu il faut suivre une bande de sable en se faufilant entre les falaises.

image

Pendant que je suis à l’eau, un singe garde gentiment mon scooter…

image

Puis je quitte la péninsule de Bukit pour rejoindre l’île de Nusa Lembogan, à une heure de bateau de Bali, où je retrouve Xavier et Astrid. De cette île nous avons une vue superbe sur le mont Agung, le plus grand volcan de Bali.

image

En dehors des sessions surf avec Xavier, quelques îliens en quête de petits crabes m’initient à la pêche à pied.

image

De Nusa Lembogan, un pont permet de rejoindre l’île de Nusa Ceningan. Le spot de surf se trouve à l’aplomb d’une petite falaise surmontée d’un bar.

image

Lors des marées hautes, il suffit de sauter depuis le bar pour aller surfer!

Après ces quelques jours idylliques, je retourne à Bali dans la ville balnéaire de Sanur.

image

Au nord de Sanur il y a des spots de surf moins bondés que sur la côte ouest. Pour y accéder il faut souvent prendre de petites routes cheminant à travers des rizières et des hameaux aux habitants souriants.

image

Les balinais sont experts en fabrication de cerfs-volants avec des engins pouvant atteindre plusieurs mètres de long. La tradition du cerf-volant est une attraction pour les enfants et les adultes mais elle a également un caractère religieux puisque les cerfs-volants sont destinés à demander des moissons abondantes aux dieux hindous. Et le cerf-volant serait le sport préféré des dieux…

image

Le soir au marché de nuit je me régale de satay (brochettes), de nasi goreng (riz sauté) ou encore d’étranges desserts comme cette mixture de morceaux gélatineux plus sucrés les uns que les autres.

image

Prochaine étape, les retrouvailles avec Audrey à Ubud.

Rivière Kinabatangan et pointe de Bornéo

Après notre rencontre avec les orangs-outans, nous partons pour trois jours de safari sur la rivière Kinabatangan. Au programme, deux sorties en bateau par jour, une à l’aube et une à la tombée de la nuit, à la recherche des animaux qui peuplent les berges de la rivière.

image

Nous observons différents oiseaux dont les calaos,

image

plusieurs espèces de singes dont les gibbons,

image

Mais également les nasiques, des singes avec un énorme nez qui sont endémiques de Bornéo.

image

La journée nous nous promenons dans la jungle environnante et la nuit nous dormons dans un éco-camp au milieu de la nature où nous pouvons admirer de beaux oiseaux comme ce broadbill,

image

différents types d’écureuils et d’insectes bizarres, des lézards volants et des grenouilles le soir venu.

image

Nous avons vu plein d’animaux lors de notre excursion sur la Kinabatangan. Mais s’il y a autant d’animaux c’est parce qu’ils sont poussés vers la rivière à mesure que leur territoire est remplacé par des plantations de palmiers à huile… Ici comme dans beaucoup d’autres pays, même les zones protégées ne le sont jamais vraiment.
Après ces escapades dans la jungle, nous décidons de retourner vers l’océan, à la pointe de Bornéo. Nous retrouvons par hasard en chemin Agnes et Vitus, un couple d’allemands rencontré dans l’éco-camp de la rivière Kinabatangan. Nous passons de très bons moments ensemble, en particulier des soirées devant le magnifique couché de soleil de la pointe de Bornéo.

image

image

Le lieu est magnifique et désert. Des étendues de sable blanc et d’eau translucide rien que pour nous, un véritable havre de paix.

image

image

Il n’y a quasiment pas d’infrastructures touristiques à part quelques bungalows et maisons longues traditionnelles ainsi qu’un restaurant. Nous dormons dans une hutte un peu plus dans les terres, quant à nos amis, ils dénichent un petit bungalow sur la plage.

image

Ces quelques jours sont ressourçants et c’est avec les batteries bien rechargées pour l’Indonésie, notre prochaine destination, que nous quittons Bornéo. Avant de partir nous visitons Kota Kinabalu, la capitale du Sabah, et ses malls…

image