En route vers l’ouest

Après notre visite du parc d’Andasibe, nous continuons notre route vers l’ouest et le parc des Tsingy de Bemaraha. Nous nous arrêtons une nuit à Tana, la capitale, puis une journée à Antsirabe, une ville des hauts plateaux, à 3h30 de route de Tana en direction du Sud. Antsirabe est la ville où nous verrons le plus de cyclo-pousses, sorte de taxi-vélo de ville.

image

C’est également la seule ville où nous verrons encore des pousses-pousses où le conducteur tire ses passagers à la main, en courant et souvent pieds nus… L’image est dure pour nous, mais c’est un métier qui leur permet de nourrir leur famille. Un conducteur nous expliquera qu’il loue son cyclo-pousse 5000 ariary (la monnaie malgache) par jour. Sachant que la course coûte entre 1000 et 2000 ariary et que la concurrence est extrêmement rude, nous pensons qu’il y a des jours où il doit perdre de l’argent. Mais malgré ces conditions difficiles, les conducteurs de pousses-pousses travaillent avec le sourire, à la malgache.

image

Comme toujours en nous baladant dans la ville nous faisons des rencontres.

image

Puis nous nous rendons au stationnement des taxis-brousses pour embarquer vers Morondava, ville en bordure du canal du Mozambique qui sera la base de nos excursions dans l’ouest malgache. Nous avions réservé la veille et nous nous rendons comme convenu à 16h00 sur place. Mais le temps de charger les bagages et d’attendre les autres taxis-brousses avec qui nous ferons une caravane (nous voyageons de nuit et il est préférable de se grouper en cas de problème sur la route), nous ne partirons que vers 18h30…
Cette petite vidéo pourra vous éclairer sur le temps nécessaire au chargement des « bagages ».

C’est dans ces moments que le leitmotiv malgache « mora mora » (tranquillement) prend tout son sens !

image

Le stationnement des taxis-brousses est aussi un lieu où l’on rencontre des vendeurs de tout et de rien et où l’on a pu apercevoir un combat de coqs.

image

Mais le plus long sera pour la suite car nous embarquons pour 15 heures de voyage afin de parcourir 485 km. Heureusement nous avions réservé la veille les deux places à l’avant à côté du chauffeur qui sont plus confortables. Car sur ce trajet dit « régional », la règle est de quatre passagers par banquette de trois places sur les autres rangées…

Le Parc d’Andasibe

Nous partons de Sainte Marie pour traverser Madagascar afin de rejoindre la côte ouest et notre prochain objectif, les Tsingy de Bemaraha. Nous prenons notre temps pour parcourir ce long trajet en quatre jours, ce qui nous permet de nous arrêter dans quelques endroits comme le parc d’Andasibe.

Nous l’avions déjà évoqué, les trajets en taxi-brousse à Madagascar peuvent prendre beaucoup plus de temps que prévu. Il vaut mieux avoir un ou deux jours de marge lorsqu’on voyage car la route réserve toujours des surprises, comme un arbre en travers de la chaussée par exemple… Mais ce petit incident ne nous aura pas trop retardé et nous aura permis de faire la connaissance d’André, un canadien super sympa avec qui nous partagerons deux jours de voyage.

Notre arrêt au parc d’Andasibe sera donc l’occasion d’une matinée de visite avec André.

image

Cette visite fût vraiment très différente de celles que nous avons faites jusqu’à présent. Le parc d’Andasibe est situé à trois heures de route de Tana la capitale, il est du coup facile d’accès et très fréquenté. Contrairement aux autres parcs où nous étions quasiment seuls dans la forêt, à Andasibe les chemins principaux sont pavés, les lémuriens sont totalement habitués aux hommes et se laissent approcher de très près. Dès qu’une famille de lémuriens est repérée, plusieurs groupes de touristes affluent et les bombardent de photos, un vrai parc d’attraction… Mais c’est au cours de cette visite que nous avons pu observer au plus proche des lémuriens en liberté, ce qui reste des moments uniques même s’il y avait plus de touristes que de lémuriens !

Serpent arboricole

image

Indri Indri, le plus grand lémurien 

image

Boa

image

Sifakha avec son bébé

image

Sainte Marie après les copains

Après le départ de Sam et Vola, nous sommes restés quelques jours de plus à Sainte Marie où il fait vraiment bon vivre. Nous avons loué des VTT pendant deux jours pour visiter la côte est de l’île. Cette partie de Sainte Marie est beaucoup plus sauvage, fréquemment balayée par les cyclones et peu fréquentée. Il n’y a pas de route et il faut de bons VTT pour passer par la piste. Moi qui suis plutôt habituée au vélo en ville, le VTT est plus sensationnel…

image

Après une balade en pirogue dans la mangrove de la baie d’Ampanihy, nous y sommes restés pour la nuit.

image

L’arbre du voyageur, endémique et emblème de Madagascar, ses branches contiennent de l’eau qui permet au voyageur de se désaltérer.

image

Le lendemain, nous avons repris nos VTT pour rejoindre la côte ouest et rentrer, sans oublier de s’arrêter sur la belle plage de La Crique que nous avions découverte avec Sam et Vola, nostalgie…

image

Et pour finir en beauté notre séjour sur Sainte Marie, notre dernière balade fût le tour de l’île aux Nattes, un petit îlot à l’extrême sud.

Patrick le rasta nous emmène au sud de l’île dans son tuk tuk

image

Nous traversons le lagon en pirogue pour rejoindre l’île aux Nattes

image

Le lagon

image

La plage

image

La pointe sacrée où il est « fady » (interdit par les ancêtres) de marcher

image

Les « fady » sont courants à Madagascar, il s’agit de tabous liés aux ancêtres. Par exemple, sur telle plage on ne doit pas marcher avec des chaussures, sur telle île les chiens sont interdits, on ne peut franchir tel pont que si l’on porte un chapeau, on ne doit pas transporter de la viande de porc sur telle rivière etc. Les fady trouvent leur origine dans l’histoire locale, les vivants en ont oublié les raisons mais les ancêtres s’en souviennent.

Sous les cocotiers avec les copains

Nous quittons notre petit paradis de Masoala pour un autre : l’île de sainte Marie, toujours sur la côte est. Après un nouveau trajet de 11h de bateau, une nuit au port, puis 1h30 de bateau, nous rejoignons les copains : Sam et Vola débarquent sur l’île comme prévu le même jour que nous. Une chance qu’aucun de nous n’ait pris du retard car nous avions chacun un long trajet à faire et nous ne passons que cinq jours ensemble à Sainte Marie la belle !

image

Nous nous installons dans le même ecolodge que Sam et Vola. Les gérants nous proposent une chambre « routard » qui sera en fait la plus chère de notre séjour à Madagascar. Mais être avec les copains ça n’a pas de prix !

… Et puis il faut avouer que la vue depuis notre terrasse est plutôt sympa.

image

Le bungalow de Sam et Vola, alias « les voisins belges » comme nous les interpellerons depuis notre terrasse, est le premier toit à gauche sur la photo. Nous nous apercevrons le dernier jour qu’il y avait un vrai couple de belges dans un bungalow tout proche…

Au programme avec les copains  dans ce petit coin de paradis :

Visite d’Endemika, un petit parc zoologique

image

image

NB : ce caméléon vient de gober une libellule devant nous, on voit encore l’aile dépasser de sa bouche…

image

Virée en scooter jusqu’au nord de l’île

image

Baignades, snorkelling et balades sur la plage

image

Et bien sûr des soirées apéro sur notre terrasse !

Une petite folie le dernier soir avant le départ de Sam et Vola, le menu langouste : entrée, langouste, dessert pour 10€ par personne. Mais c’est ce qui s’appelle avoir les yeux bien plus gros que le ventre. Vola et moi n’avons même pas réussi à finir notre entrée qui était déjà énorme, alors quand nous avons vu arriver ce plat de langoustes…

image

Et voilà, c’est passé bien trop vite… Veloma (au revoir) les copains ! Peut-être à bientôt quelque part ailleurs au cours du voyage !

 

Le Parc de Masoala

Après ce long trajet haut en couleurs, nous sommes arrivés à notre objectif : le parc de Masoala, le plus grand de Madagascar qui abrite l’une des dernières forêts primaires du pays. Nous comprenons pourquoi ce petit paradis à la Robinson Crusoë a pu être préservé tellement il est isolé et difficile d’accès !

Une journée type à Masoala :

7h00 : réveil dans notre case en falafa et branches d’arbre du voyageur puis petit déjeuner

8h00 : départ en forêt pour la matinée avec notre guide, à la recherche des animaux (lémuriens, caméléons…)

13h00 : retour au village de brousse et déjeuner préparé dans la marmite chauffée au charbon de bois par notre cuisinière

14h00 : sieste

15h00-17h30 :  snorkelling à la découverte du récif corallien dans le parc marin de tampolo qui borde la forêt : poissons clown et perroquets, bénitiers, tortues, raies…

17h30-20h00 : couché de soleil, douche traditionnelle malgache au bac avec l’eau du puits puis dîner

20h00 : un peu de lecture avant de tomber dans les bras de Morphée

En résumé, nous en avons pris plein les yeux, c’était superbe !